Partenariats fructueux

Accueil > Blogue > Entrepreneuriat > Gestion et finance > Partenariats fructueux

Il y a deux côtés aux partenariats : ils sont merveilleux lorsque tout baigne, mais peuvent devenir désolants quand les choses tournent mal. Voici des éléments à prendre en considération lors de la conclusion d’un partenariat…

Partagez-vous la vision de votre partenaire? Portez-vous le même regard sur l’orientation de l’entreprise? Quelles valeurs comptent pour vous? Et pour votre partenaire?

L’adage selon lequel « un tout est plus grand que la somme de ses parties » s’applique vraiment à un partenariat. Est-ce que votre partenaire et vous détenez des compétences complémentaires? Par exemple, vos forces dans le domaine de la production s’accordent-elles bien avec la grande expérience en vente de votre associé?  Ne craignez rien : les partenariats peuvent aussi très bien fonctionner lorsque les propriétaires ont les mêmes points forts. Toutefois, si vos forces et vos faiblesses sont identiques, vous devriez alors désigner un responsable pour chacun des aspects de votre entreprise (c.-à-d. les finances, le marketing, le service à la clientèle, etc.) afin d’éviter de trop ou de ne pas assez vous concentrer sur des objectifs spécifiques. Cela ne veut pas dire que l’un d’entre vous fait tout le travail, mais simplement que le travail est bien fait. Quelqu’un doit contrôler les flux de trésorerie, même – et surtout – si personne n’aime le faire.

 L’un d’entre vous a-t-il plus à perdre que l’autre?

En d’autres termes, chaque partenaire doit s’investir et s’engager de la même façon (mais pas nécessairement assumer les mêmes tâches). Que se passera-t-il si vous vous lancez en affaires avec un partenaire qui considère l’entreprise comme un passe-temps? Ou si le temps qu’il peut lui consacrer est limité, alors que vous y mettez tout votre cœur? Que se passera-t-il si les choses deviennent difficiles (et cela se produira)? Votre partenaire va-t-il se désister?

Que votre associé soit votre meilleur ami, un collègue ou un membre de votre famille, il existe entre vous, outre le partenariat d’affaires, une relation qui comporte des aspects émotionnels.

Les partenariats doivent donc faire l’objet d’une entente écrite. Idéalement, même si cela n’est pas obligatoire, demandez à un avocat d’y jeter un coup d’œil. Il est important que les partenaires aient écrit, noir sur blanc, les différents éléments sur lesquels ils se sont entendus. S’assurer d’y inclure une disposition de retrait est judicieux (par ex., dans le pire des scénarios), parce que si un profond désaccord survient et que rien n’a été prévu par écrit, il sera trop tard pour trouver des solutions.

Si vous entretenez de bons rapports avec votre partenaire, une entente aura pour effet de les consolider. En revanche, votre associé est-il vraiment sérieux, s’il hésite ou ne cesse de remettre à plus tard la description de ses attentes sur papier?

Lorsque les partenariats sont réussis, les voir fonctionner est une merveille. Le lien qui se développe alors repose sur le respect mutuel, le partage, la bienveillance et la capacité de miser sur les forces de chacun.

Assurez-vous d’avoir tous les éléments en main pour amorcer un partenariat prometteur.

2017-07-26T13:47:56+00:00 4 février 2014|Catégories: Gestion et finance|

À propos de l'auteur:

Directrice du service aux entreprises et communication, Mylène travaille chaque jour à guider la Société de développement économique de la Colombie-Britannique (SDECB) vers de nouveaux horizons et de nouvelles initiatives.