Depuis 2014, Christian enseigne les arts martiaux, la méditation, le Qi gong et les compétences essentielles de la vie pour aider les enfants ayant des besoins spéciaux. Découvrez dans cette entrevue son parcours et son entreprise.

Comment vous définissez-vous ?

J’enseigne un programme de thérapie par le mouvement spécialisé, appelé Conquer the dragon, pour les enfants ayant des besoins spéciaux. Ce programme comprend l’étude des arts martiaux, de la méditation, du Qi gong, de performances sur scène, et les compétences essentielles de la vie.

Comment avez-vous eu l’idée de créer votre entreprise ?

Après avoir vu certains de mes amis et membres de ma famille impuissants face aux petites opportunités que les écoles publiques offrent à leurs enfants ayant des besoins spéciaux pour réussir sur le plan scolaire, j’ai commencé à penser à un programme pour les soutenir dans leur scolarité, mais aussi pour les aider à ne pas devenir victimes de harcèlement en tant que population vulnérable.

Quelle est votre plus grande fierté ?

J’ai enseigné à des centaines d’enfants, avec des besoins spéciaux pendant 17 ans. Ma plus grande fierté est avec l’un de mes étudiants, autiste, très introverti, qui après 1 an d’entrainement a été capable de faire une démonstration d’arts martiaux en d’une audience de 300 personnes.

Votre plus grande réalisation ?

Une grande réalisation est d’avoir reçu des reconnaissances officielles de plusieurs organisations, telles que le Ministère du Développement de la famille, le financement de mon programme pour les enfants autistes. J’ai également été soutenu grâce à l’approbation de UBC Sport Medicine, grâce au Professeur Jacques Taunton, de l’association pour les enfants en difficulté d’apprentissage en C.-B et de la communauté d’apprentissage Self Design.

Avez-vous rencontré des obstacles ?

Être seul sans compétition est un obstacle, car c’est une industrie très spécialisée, très réglementée, et très fermée, qui ne laisse pas rentrer les travailleurs indépendants dans son milieu éducatif si facilement. Il a fallu prouver pendant de longues années, sur le terrain, avec des enfants en difficultés, que mon programme leur apportait des résultats tangibles, pour enfin avoir des approbations et de la reconnaissance.

Quel a été votre plus grand défi ?

Je crois que la crise du COVID est mon plus grand défi. C’est un véritable tournant à 360 degrés. Il a fallu que j’adapte mon programme drastiquement, pour continuer à aider les enfants avec des protocoles et des règles qui ont lourdement affecté ma productivité.

Je dois réfléchir à de nouvelles façons d’ enseigner, pour générer des revenus, qui me permettront de financer mon programme sur du long terme.

En sachant ce que vous savez maintenant, que feriez-vous de façon différente ?

J’aurais aimé avoir quelques associés pour m’aider à augmenter mon volume de travail, à assurer la promotion sur une plus grande échelle et pour me soutenir financièrement.

Quels sont vos projets pour l’avenir de votre entreprise ?

J’ai pour projet de monter une Académie du Mouvement pour enfants ayant des besoins spéciaux, avec une équipe de professionnels où nous offrirons des activités physiques et artistiques spécialisées et adaptés aux besoins des enfants autiste, dyslexique, ADD et OCD.

Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui veulent créer leur entreprise ?

Écrivez noir sur blanc votre projet. Faites un plan business complet et une projection financière sur 3 ans. Ayez au moins 6 mois de trésorerie de côté et entourez-vous d’un avocat et d’un comptable. Mais surtout, faites une étude d’évaluation de tous les risques que vous rencontrerez durant l’opération de votre nouvelle entreprise, par exemple la COVID. C’est le minimum à faire, sinon c’est le mur!

Quels enseignements tirez-vous de votre expérience ?

Toute réussite requiert un effort constant, des sacrifices, et beaucoup d’opportunisme.

Même avec ses valeurs ce n’est pas gagné, et il faut donc un peu de chance aussi. Mon travail, c’est 20% d’expertise, et 80% de communication. Ne pas se laisser décourager par les problèmes du quotidien, et toujours avancer vers son objectif, quelles que soient les circonstances. Avoir son entreprise ce n’est pas pour tout le monde, car on donne beaucoup de son temps et de sa personne.

Questions relatives à la SDÉCB

Quel a été le rôle de la SDE dans la création ou le développement de votre entreprise ?

La SDECB m’a aidé au départ quand je devais construire mon business plan, et ensuite grâce à un ancien conseiller aux entreprises qui m’a accompagné tout au long des étapes de ma compagnie. Je recommande les services de la SDECB, car c’est le seul organisme d’aide aux entreprises qui offre des services en français à Vancouver.

Que devrions-nous vous souhaiter pour l’avenir ?

D’obtenir un apport financier d’au moins $100.000, ce qui me permettrait de monter mon école pour les enfants aux besoins spéciaux en 2022

Nom :
Christian Héno
Nom de l’entreprise :
Henohealth

Secteur d’activité : Education spécialisée pour enfants ayant des besoins spéciaux

Description de vos services :Arts martiaux- Méditation- Qi gong- Activités théatrale

Année de création de l’entreprise :
2014

À quelle étape de développement de votre entreprise vous considérez-vous : Maturité